top of page

La réflexologie : une solution efficace contre l'énurésie ?

L’énurésie appelée communément « pipi au lit » par le grand public est un symptôme caractérisé par l’émission involontaire d’urine, le plus souvent la nuit, chez un enfant de plus de 5 ans. C’est entre 2 et 5 ans, que les enfants deviennent propres la nuit ! Avant cet âge votre enfant n’a pas encore acquis le contrôle physiologique de son sphincter.


L’énurésie, malgré son côté très tabou, est plutôt fréquente : 15% des enfants sont encore énurétiques à 5 ans, 5% à 10 ans, et 1% à 15 ans, dont les deux tiers sont des garçons.


On parle d’énurésie:

  • Primaire si votre enfant n’a jamais été propre la nuit,


  • Secondaire si votre enfant a été propre pendant 6 mois ou plus, et se remet à faire pipi au lit.




Quelle que soit la cause de l’énurésie (héréditaire, biologique, organique ou encore affective) l’enfant n’y est pour rien. Ce n’est ni de la fainéantise ni de la mauvaise volonté. Les enfants ont d’ailleurs souvent honte, ne veulent pas en parler, même à leur meilleur ami. Ils ont peur d’aller dormir chez leur copain ou copine et redoutent de partir en classe verte… Les parents, en les réprimandant, créent chez l’enfant un sentiment de culpabilité. Ce sentiment peut même aggraver le phénomène si on l’associe à l’idée de honte.


Il est nécessaire d’en parler au médecin pour briser ce cercle vicieux. Il n’existe pas de remède miracle, seulement quelques stratégies, mais l’essentiel réside dans la première consultation avec votre pédiatre en prenant le temps d’échanger, en parlant avec votre enfant, en cherchant ensemble l’origine de l’énurésie…


Il faut enfin que vous sachiez être patients, indulgents, compréhensifs et non culpabilisants avec votre enfant… Il a besoin de soutient tout comme vous : les parents.

Le fait de mouiller son lit est frustrant et pénible pour l’enfant aussi. Félicitez-le s’il ne mouille pas son lit. Soutenez-le, déculpabiliser-le. Ayez des attentes réalistes. Tout ce processus nécessite une mise en confiance et des encouragements.

Mais alors quelles alternatives s’offrent à vous ?


Le plus souvent, les parents ont essayé plusieurs approches qui ont échoué et sont souvent découragés ce qui crée frustrations et impatience.


En dehors de traitements médicamenteux, il existe des dispositifs : alarme « pipi-stop », un suivi psychothérapeutique, mais l’on ne pense pas toujours à la réflexologie et pourtant elle peut être d’une grande aide dans la prise en charge de l’énurésie. Il est important de dédramatiser la situation et de proposer une approche pluridisciplinaire (pédiatre, psychothérapeute, TCC, réflexologie …).


En effet, même s’il n’existe pas de recette miracle, la réflexologie peut permettre de réduire l’émission d’urine grâce à un protocole régulièrement suivi, ce qui redonne confiance et encouragement à l’enfant. Préserver l’estime de soi reste primordial. Impliquer l’enfant et faciliter la vie des parents sont trop souvent oublié ou négligé.

Comments


bottom of page